Le Prix – Cyril Gely

Le livre de Cyril Gely m’a complètement happée, et ce dès l’étal de la librairie. Etait-ce le petit carton rouge adossé à sa couverture, signalant le coup de coeur du libraire? Etait-ce le regard de cette femme sur le bandeau, son sourire triste, qui cachait une histoire inconnue jusqu’alors, qui ne demandait qu’à exister ?

Car si l’histoire a ses héros, elle a aussi ses oubliés. A côté des figures célèbres, des êtres ordinaires ont eux accompli de grandes choses, avant de sombrer dans l’anonymat. Avec Le Prix, Cyril Gely convoque le pouvoir de la littérature pour rendre justice à l’une de ces délaissés, Lise Meitner, une physicienne juive autrichienne spoliée du résultat de ces travaux scientifiques lors de la seconde guerre mondiale.

Le 10 décembre 1946, Otto Hahn est confortablement installé au Grand Hotel de Stockholm. Il attend de recevoir le prix Nobel de Chimie, qui consacrera ses travaux réalisés sur la fission nucléaire sous le régime nazi. Il ne sait pas que Lise Meitner, sa collaboratrice avec laquelle il a travaillé plus de 30 ans, et qui a dû fuir l’allemagne en 1938, va le rejoindre dans sa suite.

“Huit ans qu’elle attendait cette entrevue, qu’elle l’imaginait jour après jour. Elle avec Hahn. Elle contre Hahn. Huit ans. Et ce jour est enfin arrivé”.

Lors d’une conversation à huis clos dans cette chambre d’hôtel, Cyril Gely compare les récits des deux scientifiques, confronte leurs versions des faits. Mot après mot, il révèle leurs ambitions personnelles, et met à jour une vérité intime et violente qui redonne sens à l’histoire.

J’ai adoré cette conversation, conçue comme un véritable dialogue de théâtre. Les souvenirs et les confidences de chacun sont autant de péripéties qui m’ont tenu en haleine d’un bout à l’autre du roman. Jusqu’à la fin, on attend la réponse à la question lancinante qui taraude les personnages : que s’est-il passé cette fameuse journée de 1938 ?

J’ai beaucoup apprécié ce livre. Notamment nominé aux Molières pour la pièce Diplomatie, Cyril Gely traite son roman comme une réelle pièce de théâtre, dans lequel chaque mot fait événement, jusqu’à ce que la vérité lève son voile.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s