Mes Vies Secrètes – Dominique Bona

Attention, INTENSE coup de coeur !

J’ai lu le livre de Dominique Bona début janvier. J’ai tellement adoré qu’il m’a été dur d’en parler de suite, de résumer la richesse de ce trésor en une chronique succincte. Mais aujourd’hui c’est décidé, je me lance. Ce serait terrible de ne pas évoquer une de mes plus fabuleuses joies livresques de ce début d’année.

Dominique Bona est biographe. Dans Mes Vies Secrètes, elle raconte les coulisses de ses enquêtes sur Romain Gary, Berthe Morisot, Gala Dali, Stefan Zweig, Camille Claudel, Colette, et beaucoup d’autres. Sous la forme d’un récit intime, elle évoque les rencontres, coups de foudre et hasards qui l’ont conduite vers ces figures tutélaires, et qui ont construit sa véritable identité.  

Ce livre est une mine d’anecdotes historiques, de bons mots, de mille petits faits frappants ou émouvants qui sont un véritable délice. Ils font revivre les protagonistes de l’histoire esthétique dans des portraits plus vrais que nature :

“Quand [Berthe Morisot] mourut à l’âge de cinquante-cinq ans, Renoir qui peignait aux côtés de Cezanne, en Provence, se précipita à la gare, oubliant canne et chapeau : il tenait à être à son enterrement. Il eut ce mot, devant sa tombe : “je suis seul, dans un désert”.”

Dominique Bona met à jour les réseaux souterrains, les filiations inattendues entre les personnes, pour dresser par touches successives à la manière d’un impressionniste un tableau qui livre la vraie couleur de la vie intellectuelle des 19e et 20e siècles.

“Les hasards de la vie […] ont réuni par devers moi les personnages de mes livres. Sans que je l’ai voulu ou programmé, sans même que je l’aie souhaité, comme pour mieux illustrer et confirmer d’occultes pouvoirs, ils ont fini par former une chaîne et se donner la main.”

Nous sommes fait des autres. Avec ces vies qu’elle a aimées et poursuivies, elle a construit les briques de sa propre maison, et élargi son territoire.

“A force de chercher une maison partout, en France et dans le monde, et de ne l’avoir jamais trouvée, ce qui est un de mes rêves inassouvis, j’ai fini par adopter celles des personnages dont je racontais la vie. Ils m’ouvraient la porte et me laissaient les clefs.”

A lire d’urgence.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s