Les variations sentimentales – André Aciman

Contrairement à ce que laisse présager le titre, Les Variations sentimentales ne parlent pas d’amour. Dans ce récit d’une vie où les êtres aimés se suivent, se superposent, se heurtent parfois, ce n’est pas lui qui est le moteur de l’histoire.

Non. C’est le fantasme.

Le narrateur du livre d’André Aciman se fait des films. Il s’imagine des histoires. Dans un espace qui n’appartient qu’à son imagination, il traque les êtres qui cristallisent son désir, il échafaude des plans de séduction. Parfois, son désir télescope la réalité, parfois il se termine en impasse.

Roland Barthes disait du fantasme qu’il est un “roman de poche que l’on transporte toujours avec soi et que l’on peut ouvrir partout sans que personne y voie rien, dans le train, au café, en attendant un rendez-vous” . André Aciman lui donne ses lettres de noblesses littéraires, en en faisant le moteur de l’histoire, de toute histoire.

Un commentaire sur « Les variations sentimentales – André Aciman »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s