J’incise – Christian Debry

Est-ce que toi aussi tu t’évanouis à la vue du sang ?

C’est normal. Pour être capable d’ouvrir un corps, il faut être :

1.serial killer
2.chirurgien.

Alors que les tueurs en série sont surreprésentés dans les livres, les chirurgiens brillent par leur absence. Et pourtant, ces héros vivent des aventures extraordinaires dans un lieu inaccessible au commun des mortels : le bloc opératoire.

C’est donc avec une curiosité folle que je me suis jetée sur J’incise, le roman de Christian Debry paru aux Editions Stock. Écrit par un chirurgien, ce livre permet de voir enfin le monde avec les yeux d’un homo chirurgicalis, cette espèce quasi-divine qui ne s’évanouit pas à la vue du sang.

Que se passe t’il dans la tête d’un chirurgien lorsqu’il rentre au bloc ? Quelles sont ses pensées lorsqu’il enfonce le bistouri dans le corps endormi d’un patient, dans la solitude d’un sous-sol d’hôpital ? J’incise raconte les batailles quotidiennes d’un chirurgien, ses shoots d’adrénalines dans le bloc, mais aussi l’angoisse de l’opération ratée dont il ne peut se défaire.

“L’équilibre professionnel du chirurgien ne tient que par les succès escompté et renouvelés de ses interventions. Comme la spirale de la conquête permanente peut porter les germes de l’échec. Beauté, richesse et prestance contre une intervention réussie. Modeste souhait d’un Austerlitz par jour.”


Dans ce roman, les récits d’opération ont été pour moi comme des récits d’aventures, dans lesquels on découvre des contrées inconnues, pleines de dangers insoupçonnés:

“Brutalement, le ciel s’obscurcit. Arrêt imprévu. Silence complet dans le bloc. Le ciel plombé et violacé s’ouvre, un torrent de sang vous tombe dessus. Vous ne savez plus comment arrêter cette montée rouge, qui progresse à grande vitesse. Vos certitudes immanentes de l’instant précédent s’effondrent.Sauve qui peut”.

J’ai adoré ce livre. Grâce à lui, le temps de quelques pages, j’ai vécu une expérience extraordinaire, faite de diagnostics, d’opérations de la dernière chance, et de carotides qui pètent.

Un commentaire sur « J’incise – Christian Debry »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s