Antonin Artaud- “Van Gogh, le suicidé de la société”

Le 4 mars 1948, Antonin Artaud fut retrouvé mort recroquevillé au pied de son lit, probablement d’une surdose accidentelle d’hydrate de chlorale, un sédatif.

Quelques mois plus tôt , il s’est rendu à l’exposition Van Gogh organisée au musée de l’Orangerie. et écrit à cette occasion un court texte, “Van Gogh, le suicidé de la société”.

« Une exposition de tableaux de Van Gogh est toujours une date dans l’histoire, non dans l’histoire des choses peintes, mais dans l’histoire historique tout court.
Car il n’y a pas de famine, d’épidémie, d’explosion de volcan, de tremblement de terre, de guerre, qui rebrousse les monades de l’air, qui torde le cou à la figure torve de fama fatum, le destin névrotique des choses, comme une peinture de Van Gogh. ”

Artaud fait l’éloge de la peinture convulsive de Van Gogh, et accuse les médecins de persécuter les artistes en voulant les normaliser. Un texte miroir, où Artaud dessine son autoportrait d’écrivain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s