HENRI MICHAUX-LA NUIT REMUE

“On n’est peut-être pas fait pour un seul moi.”

Henri Michaux est le poète de la traversée intérieure. Ses recueils de poèmes sont une description de mondes imaginaires, des inventaires de rêves, une exploration des infinis ouverts par des drogues hallucinogènes.

La nuit remue est un de ses premiers grands recueils. Dans ces poèmes en prose publiés en 1935, Henri Michaux projette sur le réel des visions fantastiques, pleines d’humour et de fantaisie.

“Parfois, quand je me sens très bas et je suis toujours seul aussi et je suis au lit, je me fais rendre hommage par ma main gauche.Elle se dresse sur l’avant-bras, se tourne vers moi et me salue. Ma main gauche a peu de force et m’est fort lointaine. Paresseuse aussi. Pour qu’elle bouge, il faut que je la force un peu. Mais dès qu’elle a commencé, elle poursuit avec un naturel désir de me plaire. Ce sont des génuflexions et des gracieusetés à mon adresse, et même un tiers en serait ému.”

L’histoire de la publication de ce texte est amusante. Henri Michaux a remis le manuscrit de La Nuit remue chez Gallimard le 1er juillet 1934. Le dernier jeu d’épreuve a été corrigé le 28 décembre. Puis il attend l’impression, et s’impatiente.

Le 10 février 1935, il écrit à Gaston Gallimard: « Monsieur, vous seriez bien aimable de m’accorder un entretien […] Je serais ravi d’entendre de votre bouche la liste des chefs-d’œuvre par vos soins publiés, qui empêchent la fabrication de mon livre. ». Voilà qui est dit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s