sarah kane- L’amour de phèdre

« Tu es difficile, caractériel, cynique, amer, gras, décadent, gâté. Tu restes au lit toute la journée et planté devant la télé toute la nuit, te traînes dans cette maison avec fracas les yeux bouffis de sommeil et sans une pensée pour personne. Tu souffres. Je t’adore. »
.
Sarah kane est l’une de mes dernières découvertes !

Dans l’amour de Phèdre (1996), elle revisite les tragédies d’Euripide, de Sénèque, de Racine, en les transposant dans le monde contemporain : Phèdre aime toujours Hippolyte, mais ici son gendre est un prince dépressif et décadent. L’objet du désir de Phèdre ne désire rien. Il regarde la télé, avale des hamburgers et des bonbons. Il fait rouler dans le palais royal une voiture télécommandée. Il s’ennuie profondément.

J’ai adoré ce texte, violent et tragique, qui parle du désir et de son absence dans le monde contemporain.

Est-ce que vous connaissez Sarah Kane (1971-1999) ?
Cette jeune prodige du théâre anglais est l’auteur de “L’amour de Phèdre”, “Purifiés”, “Manque” et “4.48 Psychose” – où elle se livre plus que jamais. Le titre fait référence à 4h48 du matin, heure où elle se réveillait et où le désespoir se faisait le plus fort. Sarah Kane s’est suicidée à l’âge de 28 ans en 1999, un an avant la sortie de 4.48 Psychosis.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s