ET tout est parti… d’insectes

J’ai demandé à Victor Pouchet, qui publie aujourd’hui “Autoportrait du chevreuil” de me raconter une anecdote littéraire.

Il a partagé avec moi sa découverte d’un article de Nabokov consacré à “La Métamorphose” de Kafka, qui l’a inspiré pour son livre.

Elle est top ! La voici :

« Lisant avec l’attention d’entomologiste qui le caractérise (Nabokov est un grand spécialiste des papillons, mais pas seulement) ce livre où Gregor Samsa est transformé en insecte monstrueux, Nabokov conteste la traduction qui en est donné habituellement.

La description physique du personnage indique qu’il n’est ni punaise, ni cafard, ni cloporte. Il reprend avec précision la description du corps de l’insecte dans la nouvelle et en conclut que c’est en fait un scarabée, un gros scarabée, il fait même un dessin pour le prouver. Mais, et c’est là que ça devient super, il rappelle que les scarabées sont dotés de petites ailes fragiles, cachées sous la carapace dure de leur dos (ça s’appelle des élytres, c’est beau comme mot élytre).

Gregor avec son nouveau corps d’insecte se traîne, met des heures à se déplacer, à comprendre comment son étrange corps fonctionne, fuit le regard des autres, et finit par mourir de faim, caché sous son lit, une pomme que lui a jeté son père coincée dans le dos de sa carapace.

Mais Nabokov ajoute : « Mais assez curieusement le scarabée Gregor n’a jamais découvert qu’il avait des ailes sous la dure carapace de son dos (c’est là, de ma part, une fort jolie observation, que vous pourrez garder à tout jamais au fond de vos cœurs) »

Quand j’ai lu cette remarque, ça m’a donné envie de pleurer sans que je sache très bien pourquoi, puis je me suis dit qu’il y avait là la trame d’une histoire, qu’il fallait faire quelque chose autour de ça, une enquête sur les petites ailes qu’on a dans le dos sans savoir jamais qu’elles sont là. Que seraient nos ailes cachées ?

Il me semble qu’ « Autoportrait en chevreuil » est un peu le résultat indirect de cette enquête.”

Un conseil : foncez lire cet “Autoportrait du chevreuil”, publié aux editions finitude.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s