ALLO, LAURENT PETITMANGIN ?

Cette semaine, j’ai appelé l’auteur de “Ce qu’il faut de nuit”, ce très beau premier roman publié à la Manufacture de livres.

Je lui ai demandé de me raconter une anecdote, et voici ce qu’il m’a raconté.

Il y a dix ans, il a écrit un premier texte, et c’était les plus belles pages qu’il avait jamais écrites. Cela commençait par une scène très forte d’accouchement. Malheureusement, ce texte a disparu dans le crash de son ordinateur de l’époque. Il a tenté de le réécrire juste après, mais c’était impossible, il n’a pas réussi à retrouver l’élan qu’il avait eu à ce moment là. “C’était à se demander si ces pages n’avaient jamais existé”, me dit-il.

Cet épisode a été pour lui un instant fondateur. C’est ce qui lui a donné envie de continuer à se dépasser, à tester différents textes, certains qui s’arrêtaient à quelques scènes, d’autres plus aboutis, jusqu’à ce “Ce qu’il faut de nuit”, son premier livre publié.

Avant de raccrocher, il me souffle comme un aveu : “Maintenant, je fais des copies”.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s