Camille de Toledo-Thésée, sa vie nouvelle

QUI A PEUR DES HISTOIRES DE FAMILLE ?

“Thésée, sa vie nouvelle” de Camille de Toledo avait échappé à ma première sélection de la rentrée littéraire, et je suis ravie d’avoir finalement intégré à mes lectures ce petit volume publié aux éditions Verdier, qui mêle de manière étonnante prose, poésie, et photographie.

“Qui commet le meurtre d’un homme qui se tue” ?

Le roman s’ouvre sur un suicide. Jérôme, le frère de Thésée, est retrouvé pendu le premier mars 2005 à Paris. Dans les années qui suivent, ses parents, dévastés, meurent l’un après l’autre. Thésée “le frère qui reste”, décide de faire table rase, de fuir la France et ce passé trop lourd pour se réinventer à Berlin. Mais son corps le lâche, tout dans son corps s’enflamme, sans que les médecins parviennent à déterminer ce qui le ronge.

“…mais Thésée a échoué, il n’a pas réussi à tout effacer, les ombres des siens l’ont suivi dans la ville de l’Est; il a beau mettre une langue, des frontières et des fleuves entre lui et sa vie d’avant, rien n’y a fait […] et le frère qui reste se décide donc à réouvrir ses cartons; il se dit que, peut-être, le temps est venu de se retourner, il n’a pas le choix, d’ailleurs; car les médecins qu’il rencontre pour arrêter sa chute ne comprennent rien; pourquoi cette douleur dans ses tempes, l’inflammation des racines de ses dents, les os du dos ? pourquoi son corps en feu, treize ans après la mort du frère ?”

Alors Thésée rouvre les cartons, il regarde les photos, les archives, et se force à rentrer dans le labyrinthe de l’histoire familiale pour y déloger le monstre qui est en train de le tuer.

“Le frère qui reste, moi, en rouvrant ces cartons, j’ignore ce que je crains; je sens peser la menace de cette loi, mais de quoi avons-nous peur, qui revient du passé ? de l’ordre qui se met à vaciller ou de la matière qui a cristallisé autour du silence, qui pourrait sous l’impact d’un peu de vérité exploser en morceaux” ?

Un très beau roman qui ressemble à un long tunnel de douleur traversé ça et là d’éclats de colère.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s