Julie Neveux- « JE PARLE COMME JE SUIS”

À QUOI RECONNAÎT-ON UN BON LIVRE? C’est quand il passe de main en main dans la famille !

J’avais emmené “Je parle comme je suis” de Julie Neveux en vacances, et j’avais à peine commencé à le lire que mon mec s’en est emparé illico presto. Il a terminé sa course dans la chambre de ma fille en CE1 qui m’a annoncé fièrement : “J’en suis à la page 11.”

Comment expliquer un tel engouement familial ? Julie Neveux, linguiste, a mené un travail d’analyse passionnant sur les termes en vogue qui en disent plus sur notre rapport au monde que n’importe quel selfie. Du “manspreading” à la “collapsologie”, l’auteur de cet ouvrage qui vient de paraître aux éditions Grasset inspecte l’étymologie, l’évolution des usages, et tend un miroir dans lequel on se découvre un profil surprenant d’homme machine, à l’aise sur les réseaux sociaux, mais bégayant immanquablement dès qu’on passe à l’oral:

“Le paradoxe apparent de cette histoire, c’est que nos tics, plutôt que de confirmer la promotion de soi que les nouveaux modes de communication numérique ont fait émerger, nous dévoilent l’envers du décor. Toute la journée, on écrit ce qu’on pense, on hypercommunique, on opine, mais dès qu’on se retrouve à devoir parler notre langue, nos tics indiquent qu’on fait tout autre chose : on bégaie, “au jour d’aujourd’hui”, “voilà voilà voilà”, on s’interrompt, on se répète […].”

J’ai appris dans ce livre des choses folles, l’une de mes préférées concerne l’expression “pas de souci”, dont Julie Neveux retrace l’usage en ces termes :

“ “Souci”, apparu vers le 13e siècle sous la forme “soussi”, désigne, dans ses premiers siècles d’existence, une inquiétude profonde, voire une angoisse. Vers la fin du 14e, il prend une coloration plus romantique, mais reste le signe d’un sentiment inquiet, et peut même servir à désigner l’être aimé : viens là mon souci, toi qui me remues et m’obsèdes, emploi attesté dans le poème de Corneille intitulé “Sur une absence en temps de pluie” où l’on peut lire “je vous jure, mon cher souci” (que vous me manquez)”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s