Laurent Petitmangin-Ce qu’il faut de nuit

« Ce qu’il faut de nuit » de Laurent Petitmangin est un premier roman qu’on dirait fabriqué dans la texture de l’existence. On en retrouve la beauté simple, la chaleur pure des relations humaines, mais aussi les angles morts de situations qui nous échappent.

Il y a l’histoire, on y entre à vif dans la peau d’un père qui élève seul ses deux fils, Gillou et Fus, à la mort de leur mère. Malgré ce coup du sort, il a réussi à sortir la tête de l’eau, aidé par ses amis, dans ce coin de la Lorraine où ils vivent une existence ordinaire qui ressemble à beaucoup d’autres.

“Août, c’est le meilleur mois dans notre coin. La saison des mirabelles. La lumière vers les cinq heures de l’après-midi est la plus belle qu’on peut voir de toute l’année. Dorée, puissante, sucrée et pourtant pleine de fraîcheur. Déjà pénétrée de l’automne, traversée de zestes de vert et de bleu. Cette lumière, c’est nous. Elle est belle, mais elle ne s’attarde pas, elle annonce déjà la suite.”

L’existence paisible faite de matchs de foot et d’apéros entre collègues bascule lorsque Fus, le fils aîné, commence à traîner avec des fachos. Consternation du père, qui a toujours milité pour le parti socialiste. Hasard fâcheux de l’existence, qui entraine la vie du fils loin du père, direction le drame, la catastrophe, contre laquelle il ne peut rien.

“J’avais finalement compris que la vie de Fus avait basculé sur un rien. Que toutes nos vies, malgré leur incroyable linéarité de façade, n’étaient qu’accidents, hasards, croisements et rendez-vous manqués. Nos vies étaient remplies de cette foultitude de riens, qui selon leur agencement nous feraient rois du monde ou taulards.”

Cette histoire simple et tragique, en prise directe avec les failles de l’existence, est portée par un style oral tout entier traversé par les émotions, par les lumières d’instants fugace, par la beauté du monde qui nous ordonne de continuer, malgré tout.

Je vous conseille “Ce qu’il faut de nuit”, on assiste à la naissance d’un auteur, d’un souffle qui prend appui sur le caractère brut de la vie pour en faire voir toute l’épaisseur et la poésie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s